4. Microfilms des registres

Les Mormons (désignés par LDS pour Latter Day Saints en anglais) ont commencé à microfilmer les registres français. Quand les microfilms sont disponibles, ce sont ces derniers et non les actes originaux que l'on peut consulter aux A.D. Il est donc parfois inutile de se rendre en Europe car les mêmes microfilms peuvent être consultés dans les centres d'histoire familiale des Mormons (dans plusieurs villes du Québec et en fait, à travers le monde). Pour ceux qui veulent consulter les registres plus récents: il y a une limite de 100 ans sur les registres disponibles pour le public (et à tous les 10 ans, de nouveaux registres sont versés aux archives départementales); à partir de la révolution (1792), on trouve aussi des tables décennales facilitant les recherches.

Sur microfilm: 06, 07, 08, 11, 13, 14, 21, 22, 26, 27, 28, 29, 30, 33, 34, 37, 41, 47, 49, 50, 52, 53, 54, 55, 57, 58, 59, 60, 67, 68, 69, 70, 72, 73, 74, 76, 77, 78, 84, 88, 90, 91, 92, 93, 94, 95 (certains autres dép. en partie)

Particularités: 22-évéché 1802-1880, 28-évéché 1802-1880, 29-partiel, 33-partiel, 34-à partir de 1737, 50-évéché 1802-1880, 57-partiel et évéché 1802-1880, 72-partiel, 84-partiel, 91 à 93-partiel, 95-partiel

Départements en cours (au 30/12/92): 02, 17, 22 (complément), 25, 39, 50 (complément), 56, 57 (complément), 62, 64, 75, 80, 83, 85, 89

Les 15, 43 et 63 ont débuté en janvier 1998.

Notez que Paris est un cas spécial. En 1860, presque tous les registres de Paris ont été réunis dans deux immeubles. En 1871, durant la Commune, ces deux immeubles ont été incendiés et les deux copies des registres détruites, sauf pour un petit groupe de paroisses. En parallèle, un notaire avait réuni, à partir de 1700, des fiches de baptêmes et mariages de Paris et la plupart des villes françaises. Il est possible de faire des recherches dans le fonds Andriveau (1068 bobines), microfilmé par les Mormons, mais la circulation de ces microfilms est interdite en Europe.

Il existe aussi des bases de données accessibles par Minitel. Il vous faudra un terminal Minitel (ou un logiciel émulant ce terminal) et payer à la fois l'interurbain et la consultation. Le prix varie selon le service et est assez élevé. Si vous appelez directement depuis l'Amérique (avec bien sûr le préfixe pour appel international selon votre compagnie d'interurbain):

33.36.43.15.15 pour les 3615
33.36.43.16.16 pour les 3616
33.36.43.17.17 pour les 3617

Pour en savoir plus sur le Minitel, voyez ces pages Web (dans Internet): sur le Minitel en soi http://www.minitel.fr/ et sur SWIC (une société commerciale) www.genealogy.tm.fr/index.htm. Pour avoir une liste de ces bases de données, voyez les revues généalogiques françaises. Notez que ce genre de service, équivalent de nos lignes 1-976, implique souvent une grande quantité de menus avant de trouver l'information désirée et que l'écran du Minitel contient très peu de caractères. Dans Internet, un groupe de chercheurs français propose aussi GeneaBank, une base disponible aux membres des associations participantes. Visitez www.geneabank.org.
 


Retour au plan "Recherches en France des ancêtre québécois"

Copyrights 1999 Les productions FrancoGène
www.francogene.com/rech-fr/mic-reg.php