Géographie et histoire du Québec


Géographie du Québec

Le Québec est, en 1995, une province du Canada comprenant environ 7 millions d'habitants. Le Québec est une péninsule formant un triangle dont on enlève le coté est formant le Labrador (partie de la province de Terre-Neuve). Il a des frontières avec (de l'est à l'ouest): le Labrador, le Nouveau-Brunswick, le Maine, le New Hampshire, le Vermont, l'état de New York et l'Ontario. La population est concentrée au sud, le long du St-Laurent. La colonisation s'est faite d'abord le long du St-Laurent, puis du Richelieu, puis de l'Outaouais et des Cantons de l'Est, puis au Saguenay-Lac-St-Jean et en Abitibi.

Références généalogiques:

Le Guide des registres d'état civil du Québec, 1993 contient la liste des répertoires de mariages, baptêmes ou sépultures du Québec par ville et par comté, par: Francine Fortin, 1720 St-Antoine, Lachine (Québec) H8S 1Y2, 38$ + port (5$ Canada). Note: Mme Fortin a déménagé en Nouvelle-Écosse en mars 1996

Le Dictionnaire toponymique du Québec permet de localiser une ville, par l'Éditeur Officiel du Québec 


Autres références:

Le livre Paroisses et missions du Québec donne l'histoire de chaque paroisse et l'origine des noms des villes, cantons, etc. du Québec, 1925, par Hormisdas Magnan

Rép. des registres d'état civil catholiques et toponymes pop. du Québec, par: Roland Grenier

Inventaire des registres paroissiaux catholiques du Québec 1621-1876, par Y. P. Bélanger Landry

Note: les comtés ne servent plus qu'à classer les livres. Les cartes routières avec les frontières des comtés sont difficiles à trouver. 


Histoire du Québec en quelques paragraphes

En 1534, le Français Jacques Cartier effectue le premier de trois voyages en Nouvelle-France, prenant possession du pays au nom de la France. Le mot "Canada" désigne à ce moment la région de la ville de Québec.

En 1608, le Français Samuel de Champlain fonde la ville de Québec, 2e établissement permanent français en Amérique après Port-Royal.

À partir de 1621, et de façon continue jusqu'à 1993, les registres d'état civil du Québec sont tenus par l'Église Catholique pour les catholiques, et à partir de 1765 par les Ministres et Rabbins pour les non-catholiques. Au début, les registres sont incomplets, mais on commence assez rapidement à inscrire le nom complet des parents dans un mariage, ce qui a permis au Québec d'avoir d'excellents anciens registres.

Parmi les principaux événements de cet époque, on notera la venue du Régiment de Carignan (1665-1668) et des Filles du Roi, ainsi que la transformation de l'économie d'abord centrée sur la traite des fourrures, puis de plus en plus agricole.

En 1759, lors de la Bataille des Plaines d'Abraham, ce qui s'appelle alors le Canada est conquis par les Britanniques, ce qui devient officiel en 1763. Les Britanniques appellent alors la région "Gouvernement de la Province de Québec". On peut dire qu'à ce moment, la Province de Québec comprend tout le territoire le long du St-Laurent et des Grands Lacs de la Gaspésie jusqu'à Détroit et Fort Michillimackinac (Michigan).

En 1791, la colonie est organisée en deux provinces, les Bas et Haut Canada, correspondant au sud du Québec et de l'Ontario moderne. En 1840, les deux provinces sont réunies pour former le Canada Est et le Canada Ouest. En 1867, elles sont de nouveau séparées et avec le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse forment la Confédération du Canada. D'autres provinces et territoires s'ajoutent au fil des ans pour donner à partir de 1949 10 provinces et 2 territoires.

Chaque province a son propre système d'état civil. Celui du Québec a ceci de particulier que jusqu'en 1993, c'était les prêtres qui enregistraient les naissances, mariages et décès. Le mariage civil n'est permis que depuis 1969.

Jusqu'en 1759, la population est entièrement catholique (aucun temple protestant n'est permis) et 94% des immigrants européens viennent de France.

Depuis, la population considérée comme française ou francophone s'est maintenu à 80-85%, surtout catholique. Les autres ethnies conservent généralement leur religion. Ce point est important car jusqu'en 1993, l'état civil officiel du Québec est classé par religion: d'un côté, les registres catholiques où les mariages sont presque tous trouvés et complets, souvent indexés dans divers répertoires, et de l'autre les non catholiques où souvent les parents ne sont pas mentionnés jusqu'au début du vingtième siècle.

Il s'en suit donc que les principaux outils disponibles pour le généalogiste québécois se concentrent autour de l'Église catholique et comprennent surtout des répertoires de mariages, souvent faits par comtés, et formant parfois des collections mentionnant entre 500 000 et 1 million de personnes (comme le fichier Loiselle et les dictionnaires Drouin). 

English version